Analyse U17 : les Braqueuses sont de retour !

Le road trip des cadettes touchera à sa fin en même temps que le mois de mars. Ce samedi, le déplacement à Grans a prouvé que les voyages étaient difficiles, et qu’il fallait passer par des grands coups pour obtenir des résultats !
 

Contexte

En pro, on dit souvent que les road trips sont fondateurs car cela renforce la cohésion d’équipe. Sans aller jusqu’au partage de la chambre d’hôtel ou du bus, ce sera sûrement le cas pour nous aussi. Le calendrier ne nous permet pas de jouer 10 matches à domicile. Il va falloir conquérir. C’est sympa de jouer chez soi. Mais partir plus tôt, faire des kilomètres et rentrer plus tard, c’est autre chose. Si nous passons cette épreuve, nous pourrons espérer réaliser nos objectifs.

 

Le Match

Motiver un groupe est parfois compliqué : il suffit que les premiers tirs soient ratés pour avoir des têtes baissées dès les premières minutes de jeu. Ainsi, une mauvaise dynamique s’installait et nous accusons un retard de 10 points en 5 minutes.

Il devient, par conséquent, de plus en plus intéressant pour moi de me tourner vers le banc plus tôt. Depuis le début de la saison, Sarah y joue un rôle essentiel pour apporter un second souffle. Cette fois-ci, elle a accompagné dans son sillage l’ensemble de la second unit, à travers des lancers-franc réussis d’Andrea, et les très bonnes attitudes défensives de Jade et Manon (dont le panier refusé comptera pour nous !).

La Frayeur

La dynamique positive se lançait dans le deuxième quart-temps. Mais c’est alors que sur une phase défensive, Emma retombe mal sur son genou… Baromètre offensif et défensif de l’équipe, la description de sa blessure faisait déjà résonner dans ma tête la sirène des pompiers… Nous tenions jusqu’à la mi-temps avec le groupe en place (Mélanie, Marie, Jeannette, Jade, Manon) mais quelques inquiétudes se faisaient sentir.

Score à la mi-temps : Grans 26 – 23 Marseille BC

Grans et sa force offensive “Treize” étonnante

Retour sur les terrains avec la même timidité qu’en début de match. Complètement incapable de marquer, nous subissons la loi de la n°13 adverse, qui a porté son équipe tout le match et dont on ne peut que tirer notre chapeau [Dans les chiffres : 36 points au total, 21 en première mi-temps sur les 26 de l’équipe dont 11 au second quart-temps sur les … 11 marqués].

 De notre côté, c’est avec une genouillère et des méthodes de guérison dignes des sorciers, qu’Emma faisait son retour sur les parquets, marquant le seul et UNIQUE panier du troisième quart-temps pour nous et provoquant la quatrième faute de la 13 adverse.

Lucidité perdue

11 points de retard. Cela pourrait paraître peu mais le groupe étant plus influencé par les invectives du public que par les enjeux du match, il était difficile de savoir comment le match allait se terminer ! Deux joueuses majeures sortaient sur 5 fautes et les espoirs s’amenuisaient…

Plaisir prolongé !

L’équipe (ENFIN) recentrée sur l’objectif, nous engageons un dernier run pour espérer créer des frayeurs. Comme d’habitude, nous nous en remettions à Jeannette, qui a tenu le quatrième quart-temps (12 de ses 23 points dans le money time), bien épaulée par un 3 points de Mélanie et le jeu intérieur d’Élodie. Cependant, à 10 secondes de la fin, nous étions derrière de 3 points.

On ne donnait pas cher de notre peau, et c’est sur un système casse-croûte et exécuté du mieux possible par les filles, qu’Emma nous envoie un tir venu d’ailleurs ! L’euphorie nous a même fait perdre de vu qu’il ne s’agissait que d’une égalisation… Mais le plaisir est prolongé !

Deux fins à couper le souffle

 La fatigue se fait sentir sur les organismes. Très tôt dans la prolongation, nous perdions notre capitaine sur 5 fautes. Jeannette, à qui on demande beaucoup, manque quelques tirs habituels, mais le relais est pris par Emma et Elodie. Plus que cinq secondes à jouer et nous étions à égalité, possession pour Grans. Il nous fallait défendre cette dernière action et empêcher une désillusion. Mais Jeannette avait décidé de faire bien plus !

 Sur la remise en jeu, elle intercepte le ballon et a le chemin tout tracé vers le cercle ! Grans la rattrape doucement dans sa course et essaie de contester le tir en course, qui est déjà armé… mais RATÉ ! Fin de la prolongation, et une deuxième s’engage ! On aurait bien voulu rentrer chez nous !

Double prolongation !

 Une seconde prolongation commence et clairement, on n’est plus dans le beau basket. La fatigue, mentale, physique, prend le dessus. La numéro 13, prenait enfin sa cinquième faute… Mais à ce moment du match, ce n’était plus tellement important.

Inertie lors de ces dernières 5 minutes, tout comme le score. Jade relançait le suspense en ne mettant qu’un lancer-franc sur deux, malgré les bruits du public adverse !

Les dernières minutes arrivent et il était temps de mettre un terme à cette rencontre. Mais comment faire basculer le match alors que tout le monde était essouflé ? Je me posais fortement la question mais visiblement, Elodie ne s’en posait aucune ! Elle nous ramenait à moins 1 dans un premier temps sur un tir intérieur, avant de réaliser l’impensable. Réception derrière la ligne à trois points pour un nouveau tir venu d’ailleurs ! Le public s’enflamme, le banc, qui ne tenait déjà plus ne place, saute. C’est tout simplement la folie ! Après une dernière possession adverse, qui se termine sur un tir lointain manqué, l’euphorie prend place sur le terrain. Et comme on dit à Marseille : MOULON !

L’analyse sera plus poussée en privé, au sein du groupe et après un nouveau jour à souffler. Seulement voilà : si on vous disait un jour que le match basculerait sur un trois points de votre intérieure : y croiriez-vous ? C’est ça la March Madness !

LA VICTOIRE TOUTE ENSEMBLE.

MOULON !

Vous aimerez aussi...